Sciatique hyperalgique et acupuncture

17 septembre 2015

Le constat

Avez-vous remarqué que les pathologies lombaires et ses différentes implications – lumbago, sciatique, sciatalgie, méralgie, etc. – apparaissent très souvent à la suite d'un événement crucial et malheureux dans la vie d'un patient ? Séparation, deuil, perte de travail, conflit majeur au niveau familial et/ou professionnel, état dépressif sont en cause dans la grande majorité des cas.

L'illustration

Il y a une vingtaine d'années, Mr JP. M., 54 ans, homme d'affaires surmené, vient me consulter pour une sciatique hyperalgique. Son traitement allopathique est impressionnant tout en ne le soulageant que partiellement : 10 mg de skénan (morphinique) le matin et 20 mg le soir et AINS – anti-inflammatoires non stéroïdiens – à foison. Les examens complémentaires et clinique mettent en évidence une hernie discale avec rétrécissement du canal lombaire.

Sa maladie avait débuté, deux ans auparavant, après le suicide particulièrement marquant de son épouse... et c'est lui qui l'avait découverte en rentrant de son travail.

Il me précise d'entrée :

  • qu'il vient sur les conseils d'un de ses amis proches,

  • qu'il ne croit pas aux miracles,

  • et qu'il ne peut m'accorder que deux ou trois séances maximum.

Devant un tel tableau, un traitement classique aurait nécessité plus de deux ou trois séances d'acupuncture et la prescription de phytothérapie chinoise « trop astreignantes » à ses yeux.

Aussi optais-je pour quelque chose qui me taraudait depuis un certain temps : axer le traitement de cette pathologie sur l'aspect essentiellement émotionnel.

Cet homme présentait manifestement un syndrome dépressif... dont il n'était pas conscient. En le questionnant dans ce sens, il me rétorque :

  • Je l'ai été, mais maintenant je ne le suis plus du tout.

La première séance, je puncture EC 6, 9 – DM 20 – RM 17 – F 3.

Il revient une semaine après et me déclare, enthousiaste :

  • J'ai « balancé » (sic) tous mes médicaments et j'ai 90% d'amélioration !

J'oriente alors la deuxième séance dans le même sens tout en ajoutant un ou deux points (dont je ne me souviens plus) selon la différenciation des syndromes physiopathologiques. Il refuse un troisième rendez-vous.

Je le revois par hasard quelques temps après dans la rue. Il ressentait parfois quelques symptômes qu'un seul AINS faisait disparaître rapidement. Je le mets en garde : je ne pouvais avoir traité la racine en seulement deux séances.

  • J'en suis conscient, mais je n'ai pas le temps ! m'assène-t-il alors.

Nous nous sommes jamais revus depuis. J'imagine cependant que la suite de son histoire fut loin d'être un « long fleuve tranquille ».

Discussion

On sait que si les sept émotions durent dans le temps, apparaissent brutalement ou sont particulièrement violentes, elles peuvent blesser directement les cinq organes. On sait aussi que c’est avec le Cœur qu’elles ont la relation la plus étroite.

Dans le cas présent, la peur et la frayeur qu'il a éprouvées ont eu essentiellement un impact, la première sur les Reins et la deuxième sur la sphère Cœur / Enveloppe du Cœur. La fonction première de cette dernière étant de protéger le Cœur, siège du Feu Empereur, la vitalité du patient et sa nette détermination, donc un Zhi moins touché, m'ont incité à utiliser :

EC 6 pour son action majeure sur la libération de la poitrine, la régulation du Cœur et le fait qu'il calme l'esprit, tout en agissant sur les Foyers Moyen et Inférieur.

EC 9 en tant que point Jing-Puits est puissant pour éliminer la chaleur de son Zang – le Xin Bao – et éclaircir le Cœur.

DM 20 parce qu'il nourrit la mer des moelles – le cerveau –, possède des effets bénéfiques sur les organes des sens et calme l'esprit.

RM 17 en tant que point Mu de l'Enveloppe du Cœur, point Hui-Réunion du Qi, point de la Mer du Qi et point de croisement du Ren Mai avec les méridiens des Reins, de la Rate, de l'Intestin Grêle et du Triple Foyer, il régule le Qi et libère la poitrine.

F 3 en tant que point Shu-Rivière d'un méridien Yin est le plus puissant pour tonifier et équilibrer le Foie.

Variantes

Au total, si sur le plan clinique, j'ai pu depuis me rendre compte que le traitement des lombosciatiques relevait le plus souvent des sphères Cœur / Enveloppe du Cœur et Reins, j'ai dû employer un peu plus rarement les points de la Rate et du Foie et exceptionnellement ceux du Poumon. Ces traitements étaient étayés à partir bien évidemment de la différenciation des syndromes physiopathologiques, chaque patient présentant un certain nombre de syndromes plus ou moins anciens et intriqués.

Poussant plus loin mon raisonnement, j'ai aussi utilisé les points qui possédaient le préfixe ou le suffixe Shen dans leur nom chinois. Outre les évidents Si Shen Cong – les quatre points de l'esprit vigilant –, Shen Men (C 7) et Shen Shu (V 23), Ben Shen (VB 13) et Shen Ting (DM 24) – ces deux derniers localisés au niveau de la tête – me sont apparus parmi les plus efficaces dans ces pathologies.

Il serait intéressant de confronter ces résultats avec ceux de nos confrères qui ont expérimenté ces différents schémas thérapeutiques.

En conclusion

Tous les acupuncteurs ont en mémoire ce genre de résultats spectaculaires. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je m'en souviens si nettement. Si ce n'est pas toujours aussi marquant, cela m'a permis d'orienter par la suite mes traitements dans ce sens avec pour conséquence d'améliorer l'efficacité et de réduire le nombre de séances. S'adresser au côté Esprit des Zang Fu de façon régulière majore notre efficacité thérapeutique.