Cystite et infections urinaires en diététique chinoise

2 septembre 2015

Il y a trois ans, j'ai traité par acupuncture une de mes amies pour des cystites à répétition et qui depuis en a été complètement débarrassé. Son mari vient me consulter pour les mêmes symptômes il y a quelques semaines. C'était la troisième fois que cela lui arrivait. Il avait d'abord consulté un généraliste qui lui avait prescrit des médicaments allopathiques. L'irritation avait bien disparu mais était revenu assez rapidement.

Devant cette récidive, je lui propose de mâcher consciencieusement une branche de céleri fraîche – légume qu'il apprécie peu. A son grand étonnement, la brûlure urinaire s'estompe totalement au bout de 15 minutes environ sans nouvelle crise pendant deux jours. Je lui conseille alors de recommencer dès le début des symptômes et surtout de consulter un urologue. N'ayant pu obtenir un rendez-vous que deux semaines après, il traite ses débuts de crises avec des branches de céleri.

Le spécialiste, enfin consulté, lui prescrit un uro-scanner qui met en évidence

  • un calcul urétral – à l'intérieur de l’urètre (canal qui relie la vessie au méat urinaire) – de 7mm de longueur qui obturait presque complètement ce conduit.

  • et dans la vessie, deux calculs de 15 mm chacun.

Une cystoscopie en permet l'extraction.

Pourquoi le céleri ?

La tradition chinoise avec son expérience plurimillénaire a mis en évidence les paramètres essentiels des différents aliments – nature ou action d'un aliment sur la température du corps (indépendamment de sa température d'absorption), saveur, lieu d'action, couleur, forme, etc.

Le céleri est de nature froide et ses méridiens destinataires (lieux d'action) sont la vessie, le foie, l'estomac et le poumon – c'est-à-dire qu'il refroidit ces différents organes et plus particulièrement la vessie dans ce cas. Une cystite, ça brûle, non ?

Comme de plus ce légume est diurétique, il facilite la miction et dans les cas bénins, l'expulsion de calculs de faible taille.

A noter qu'il peut aussi rapidement calmer des brûlures d'estomac ou certains troubles oculaires.

Il peut être consommé cru, bouilli, en soupe, sauté à la poêle, cuit mais peu longtemps pour conserver son action thérapeutique, 2 à 3 fois par jour en fonction de l'amélioration des symptômes. Sa consommation se doit d'être très limitée pour les personnes digérant mal.

Que retenir de ce cas?

  • La rapidité d'action du céleri dans l'amélioration des symptômes est supérieure à l'allopathie.

  • De plus, toutes les cystites sont améliorées alors que l'efficacité des antibiotiques spécifiques est ciblée en fonction des différents bacilles ou agents infectieux et seront inefficaces en présence d'autres.

  • Même dans des cas complexes comme celui des calculs urinaires, son action reste efficace

  • Dans ce cas, comme pour les antibiotiques, c'est surtout le symptôme qui est traité (parfois sa racine)

  • D'où la nécessité le plus souvent d'en rechercher l'étiologie afin d'éviter les récidives

  • Soulignons aussi le rôle intéressant de la médecine moderne et en particulier celui de la chirurgie pour évacuer des éventuels calculs.

  • Enfin le maître-mot reste la prévention : dans cet exemple, les conseils hygiéno-diététiques sont primordiaux pour éviter la formation de nouveaux calculs urinaires.

A noter

Dans un précédent article, j'avais évoqué ces infections urinaires, où je mentionnais le fait que chez un homme, une cystite devait déclencher des examens complémentaires rapidement à la recherche d'une cause précise – les femmes présentant plus facilement ce genre de pathologies bénignes dans la grande majorité des cas. Il n'en reste pas moins que des cystites itératives chez une femme doivent conduire à la prescription d'examens complémentaires adéquats.